Aller au contenu principal

Actualités

3

Le Micro-travail : forme émergente d’activité alternative ?

Le micro-travail peut-être défini comme une « activité rémunératrice qui consiste à réaliser des tâches très fragmentées (micro-tâches), via des plateformes numériques, payées généralement à la pièce. Le plus souvent, elles nécessitent une faible qualification pour une rémunération tout aussi faible, de l’ordre de quelques centimes » (source : diplab.eu). 

Pour en savoir plus sur ce « nouveau modèle », la Faabrick Cherdet s’est rendue le 13 juin dernier à une conférence organisée par France Stratégie et la Maison des Sciences et des Hommes (MSH) Paris-Saclay sur « les plateformes de micro-travail : enjeu pour l’intelligence artificielle, enjeu pour l’emploi ». C’était l’occasion de débattre de la notion de micro-travail et de ses conséquences sur l’emploi avec Antonio A. CASILLI notamment, mais aussi de suivre les principaux enseignements du rapport qu’il a réalisé avec son équipe sur le micro travail en France dans le cadre du projet de recherche DipLab. Des témoignages de micro-travailleurs et de co-fondateurs de plateformes de « micro-travail » sont venus enrichir les débats d’une journée fort intéressante. 

Pour accéder aux résultats de la première enquête entièrement consacrée au travail sur les plateformes de micro-tâches françaises, c’est par ici : diplab.eu/wp-content/uploads/2019/05/Le-Micro-Travail-En-France_DiPLab-2019.pdf